• Apparu sous la forme d'une aventure de six pages dans Detective Comics n°27 en mai 1939, The Batman, héros de papier, est né d'une commande. Devant l'immense succès de Superman, le premier super héros, Harry Donenfield et Jack Liebowitz demandent au dessinateur Bob Kane de créer un nouveau super héros. Dans son atelier du Bronx, Kane dessine un "Batman" sous multiples influences. La première est un film muet de Roland West, The Bat (1926) dans lequel un criminel, déguisé en chauve-souris, terrorise les occupants d'une villa. La seconde est une paire d'aile inspirée de l'ornithoptère, une machine volante semblable à un planeur conçue par Léonard de Vinci.   

    Si, dès son origine, Batman se manifeste comme un héros pulp, Bill Finger, le scénariste, modifie très rapidement sa silhouette. Ses ailes sont remplacées par une cape festonnée, le rouge de son justaucorps devient gris, il porte des gants.

    Autres références, Batman est un détective qui analyse minutieusement chaque détail pour arriver à la vérité. Il est donc également inspiré du célèbre enquêteur britannique Sherlock Holmes, dont il partage l'esprit analytique et le caractère introverti et solitaire.

    Enfin, Batman a souvent été décrit comme le "Citizen Kane des comics" en raison de son esthétique avant-gardiste. Influencé par la photographie et les ambiances expressionniste du film d'Orson Welles, Bob Kane assimile Bruce Wayne à une réminiscence du fameux Charles Foster mis en scène par le réalisateur de Citizen Kane.

    Bob Kane et Batman

     Synthèse d'un certain nombre d'archétype de héros, il préfigure James Bond avec plus de dix ans d'avance. Il utilise des gadgets perfectionnés issus le plus souvent de son laboratoire souterrain, la Batcave. Il possède une Batmobile et deux engins volants le Batplane et le Batgyro. David Mazzucheli explique que l'origine de Batman " a toujours été fonction des circonstances : pas de meurtre, pas de Batman Ce point crucial a déjà été débattu, mais à ma connaissance jamais éliminé. Malgré les précédents historiques, je n'ai jamais été à l'aise avec l'idée de la vengeance comme un idéal héroïque. Un héros ne doit-il pas incarner davantage que ça ? ".

    Pour Franck Miller, Batman " est clairement un homme qui a une mission, mais celle-ci, n'est pasla vengeance personnelle. Il est plus grand que ça. Il veut que le monde soit un endroit meilleur, où jamais un jeune Bruce Wayne ne serait une victime. En un sens, il veut se rendre lui-même superflu ; Batman est un héros qui rêve de na pas avoir à exister ".

    A la différence de Superman, Batman ne posède aucun pouvoir ou accessoir suraturel. Il combat ses adversaire à l'aide de sa force, de son courage, de son intelligence et n'en acquiert que plus d'humanité. Dans sa quête de justice, il bénéficie de l'aide discrète du commissaire Gordon, un policier juste et intègre. Wayne a aussi un faire-valoir, l'orphelin Dick Grayson, qui endosse le costume de Robin et l'accompagne dans ses aventures.

    Batman fonctionne comme un mythe qui répond aux code de l'ère moderne. C'est un être humain auquel n'importe qui peut s'identifier, et qui défend des valeurs de justice qui résonnent avec nos aspirations. De Momotaro, héros du folklore japonais, à Moïse, la littérature mondiale raconte des histoires d'orphelins adoptés qui, découvrant leur spécificité une fois adulte, deviennent des héros. Batman fait partie de cet archétype populaire et répond en quelque sorte à nos peurs et à nos fantasmes les plus primitifs : ceux de la perte et de l'abandon.  

      


    votre commentaire
  •  

    Un homme en fuite trouve refuge sur une île déserte. Un lieu étrange, dominé par une villa immense et somptueuse dont les sous-sols recèlent une machinerie aux fonctions incompréhensibles. L'île pourtant, n'est pas si déserte qu'elle l'a semblé de prime abord. Des estivants, réunis sur place par un certain Morel, s'engagent dans une fête languide dont le rituel paraît se reproduire ià l'infini...

    Dans une île déserte, un justiciable en fuite découvre des choses fantastiques. Répétées à l'infini, les images des anciens habitants de l'île parcourent le paysage, figée dans un discours éternel. L'amour du fugitif envers un des mystérieux personnages le conduira à découvrir Morel et sa machine infernale, puis à intégrer son monde. 

    **********

    Les fictions de caractère policier rapportent des faits mystérieux qu'un fait raisonnable justifie et illustre ensuite ! Adolfo Bioy Casares, dans ce court roman, résout avec bonheur un problème peut-être plus difficile. Il déploie une Odyssée de prodiges qui ne paraissent admettre d'autre clef que l'hallucination ou le symbole, puis il les expliques pleinement grâce à un seul postulat fantastique, mais qui n'est pas surnaturel. 

    " J'ai discuté avec son auteur des détails de la trame, je l'ai relue ; il ne me semble pas que ce soit une inexactitude ou une hyperbole de la qualifier de parfaite " (Jorge Luis Borges)

    Ce court roman de 120 pages est un petit bijou aussi bien par la forme du récit que par e thème choisi : l'accès à l'immortalité.

    Quand nous avons eu l'opportunité de faire un portrait de l'immortalité dans le monde de la fiction, nous imaginons des êtres immortels comme les elfes du Seigneur des Anneaux ou des êtres mythologiques, c'est-à-dire des divinités. Nous voyons ainsi que le prix à payer pour l'immortalité ou pour essayer de l'imiter est élevé. Dans L'Invention de Morel, le scientifique Morel a créé une machine capable de nous offrir l'immortalité de l'âme, mais cela aura un coût très élevé pour notre corps mortel.

    Par ailleurs, le roman explore aussi le thème de l'amour, l'idéalisation de ce dernier et la façon dont il maintient en vie le fugitif. Il s'agit de son unique échappatoire, de son unique désir. L'amour est aussi naturel et humain que la mort, tout comme la peur de la solitude exprimée par le protagoniste. 


    votre commentaire
  • Si vous voulez savoir quel sort est réservé au monde, plongez vous dans les romans de Driant, alias capitaine Danrit, anagramme de son nom. Vous frémirez de peur et, la dernière page tournée, vous pousserez un "ouf" de soulagement en espérant que la vérité ne soit jamais semblable au roman.

     Pourtant, rien ne prédestinait ce militaire brillant sujet de Saint-Cyr, à devenir écrivain.

    Né à Neufchâtel-sur-Aisne en 1855, gendre du général Boulanger, député de Nancy au début de ce siècle dans une Lorraine alors annexée par l'Allemagne, il a trouvé une mort héroïque au champ d'honneur devant Verdun en 1916. Il était alors colonel.

    Au demeurant père de famille paisible... On peut se demander comment cet homme a pu imaginer des récits si prémonitoires des différents conflits qui ont ensanglanté le monde du XXè siècle.

    Rien, à la fin du siècle dernier, ne peut laisser prévoir l'éclatement d'une guerre mondiale : les accords entre les puissances européennes et la Russie ne cessent de se succéder. Driant voit un point noir, la Prusse, et échafaude de ce fait son premier roman, La Guerre de demain (1898). Ce récit sera suivi en 1896 du Journal de guerre du lieutenant Von Piekfe, écrit en collaboration avec de Pardiellan, contrepartie de La Guerre de demain vue du côté allemand.

    Tôt ou tard, la guerre éclatera et tout devra être mis en oeuvre pour combattre les Prussiens, tant dans les airs que sur terre. La guerre devra être "affaire de science et d'organisation" : on se servira d'obus, de fusées, de torpilles portatives, de dynamite, de balles explosives, enfin, de tout l'arsenal mis aujourd'hui à disposition de nos armées et encore inconnu en 1900.

    Mais le mal ne viendra pas seulement de la Prusse : la France doit combattre l'hégémonie de l'Angleterre, qui avait alors la mainmise sur de nombreux territoires africains et asiatiques. C'est le point de départ d'une Guerre fatale (1897), de la France contre l'Angleterre, avec un déluge de bombardements de torpilles et de lutte sous-marine, qui aura pour but de réduire ce pays à la "petite Bretagne", soit à la perte de toutes ses colonies et même de l'Irlande. 

    Ces récits débordent d'une imagination allant dans un sens constructif, ce qui contraste avec d'autres romans de Danrit, qui ne conduisent qu'à la ruine et à la destruction. Le but avoué de l'écrivain est de persuader ses contemporains que ces conflits auront lieu comme il les décrit. Et malheureusement, la réalité des faits lui a souvent donné raison...

    L'étrange est de savoir sur quels faits Driant a pu se baser pour écrire ses romans. Ni l'enseignement de Saint-Cyr ni le souvenir de la guerre de 1870, qu'il a vue à l'âge de quinze ans, ne peuvent avoir suffi. On se trouve bien devant le mystère de l'auteur face à sa feuille blanche, et capable, comme Jules Verne, d'échafauder les récits les plus fantastiques tout en restant calmement assis dans son fauteuil. Jules Verne sera plein d'admiration pour lui, puisqu'il préféra un de ses romans d'anticipation, L'Invasion noire.   

    Dans les deux ouvrages précités, Driant évoquait les conflits mondiaux. Il se trouve être encore plus d'actualité avec L'Invasion noire et L'Invasion Jaune.

    En pleine conquête et colonisation de l'Afrique noire, Driant imagine un soulèvement de tout le continent africain, décidé au nom de la religion islamique à envahir toute l'Europe. Heureusement, la France arrachera la victoire aux envahisseurs par l'emploi de gaz asphyxiants, dont l'utilisation mortelle ne sera découvert qu'en 1914.

    Tout dans ce récit rappelle un présent, même récent : atrocités commises par les Noirs, tant dans l'ex-Congo belge qu'en Ouganda, pour recouvrer leur liberté, luttes des pays d'Afrique du Nord pour leur indépendance. Jusqu'à l'Iran qui proclame déjà la révolution islamique ! Rien n'est oublié, pas même la naissance et les difficultés d'existence de l'Etat d'Israël !

    L'invasion jaune décrit le débordement des peuples asiatiques sur le monde entier. Des millions de Chinois, dont la force est encore alors méconnue, envahissent l'Amérique et l'Europe, à tel point que les malheureux survivants iront se réfugier en Afrique du Nord, considérant l'île de Djerba comme le paradis.

    Comme il l'écrit dans la conclusion de ce roman, Driant veut avoir "rempli son devoir vis-à-vis de son pays en criant à ses compatriotes ses anxiétés, ses redoutables prédictions". Il a voulu faire "oeuvre de bon citoyen, payer sa dette de souffrance et tenter d'être utile".

    On peut craindre qu'il ait été mal compris de ses contemporains. Mais réalisons-nous toujours tous les dangers qui nous
    guettent ?

    A côté de ces récits, de politique-fiction, Driant a écrit de nombreux romans d'histoire et d'aventures, qui méritent qu'on s'y arrête.

    Auteur d'une fresque en trois volumes - Jean Tapin, Fileuls de Napoléon, Petit Marsouin -, édités de 1898 à 1900, Driant vous fait suivre, haletant, les péripéties d'une famille de soldats de 1792 à 1886.

    Par ses huit romans, Evasion d'empereur (1905), Ordre du tsar (1906), Robinson sous-marins (1908), Robinson de l'air (1909),  L'Alerte (1910), L'Aviateur du Pacifique (1910), Au-dessus du continent noir (1911), Robinson souterrains (1912), l'aventure est à chaque page, sans vous laisser une minute de repos.

    Ainsi, bien que la postérité ait surtout retenu son nom comme auteur de politique-fiction, Driant est un écrivain complet : l'univers qu'il sait créer a gardé toute sa fascination, même sur nos imaginations "fin de siècle". Une performance qui fait de lui une de nos grande figures de la littérature d'anticipation. 

     


    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique