• Roy Lewis - Pourquoi j'ai mangé mon père

    Nous sommes dans l'ère du pléistocène et nous suivons l'histoire d'une horde familiale de pithécanthropes. Il y a le père Edouard, sorte d'Archimède qui porte l'innovation et le progrès à une nature de l'homme ; la mère Mathilde qui invente la cuisine après la découverte du feu par son mari ; Ernest qui est le narrateur et ses frères et sœurs. Plus tard, des femmes de hordes étrangères apparaissent. On suit pas à pas les progrès que font cette horde sous la houlette du père : le feu, la cuisine, la taille du silex, le début de la religion, la domestication... Le tout sous le regard réprobateur de l'Oncle Vania qui ne voit ces progrès sous un bon œil...

    **********

    Ernest, le narrateur, nous raconte sa vie : le boulot, la famille, les amours. Ce qui marque à la lecture de ce roman, c'est la langue utilisée, dans la narration comme dans les dialogues. Ces pithécanthropes pas encore sortis de leurs cavernes, s'expriment avec un vocabulaire extrêmement riche et dans une syntaxe parfaitement maîtrisée. 

    Tout cela nous est raconté avec un humour qui fait mouche à chaque page. Ne vous arrêtez pas à l'illustration de la couverture, ce livre vous fera hurler de rire ! Mais ce rire est salutaire, nous interroge sur les débat de la société moderne comme la technique, le progrès, l'éducation, la place des femmes au sein du foyer l'art, l’intérêt des échanges avec d'autres clans... Grace à l'humour, Roy Lewis propose une approche ludique de débats actuels. Il nous met en garde contre le progrès pas maîtrise : exemple, le feu source de confort qui précède le désastre d'un grand incendie peut être perçut comme une analogie avec l'énergie nucléaire et... la bombe nucléaire.     

    Extrait

    " Que cela vous serve d'exemple, grand cornichons que vous êtes. Faites marcher vos cervelles ! Il nous reste beaucoup à réfléchir, dit-il sentencieusement, encore plus à apprendre, et un très long, très long chemin à parcourir. Mais pour allez où ? murmura-t-il d'un ton soudain songeur. That is the question. "

     


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :