• Arthur Rimbaud - Bio

    Né à Charleville le 20 octobre 1854, Arthur Rimbaud est élevé par une mère très autoritaire. Il suit de brillante études au collège de Charleville où il se distingue dans l’exercice de vers latin ; il lit Victor Hugo et les Parnassiens. Son professeur de rhétorique encourage ses essais poétiques. Le jeune Rimbaud, dès ses premiers poèmes, révèle une originalité incontestable et des intuitions étonnantes ; certaines de ses poésies sont déjà des chefs-d'oeuvre : Ma Bohème, Ophélie, Le Dormeur du val... Il use de son talent pour exprimer ses révoltes contre la société petite bourgeoise et ses premiers élans sensuels. A seize ans, il a déjà fait deux fugues. Les événements de 1870 et la Commune accentuent son gout pour la contestation et son désir de changer de vie. 

     

    Rimbaud se réjouit de la chute de l'Empire, soutient l'insurrection de la Commune et exprime sa révolte face à la répression. En 1871, il écrit Le Bateau ivre, long poème qui montre son ardent désir de trouver un nouveau chemin poétique. Dans Lettre d'un voyant, il affirme que "Je est un autre", c'est-à-dire que "Je" (le poète) doit se faire voyant par un dérèglement des sens qui le rend étranger à lui même. Rimbaud rêve d'aller à Paris et de s'introduire dans les milieux littéraires. Il envoie donc ses poèmes à Paul Verlaine qui, enthousiasmé, l'invite tout de suite à le rejoindre dans la capitale. Là, il surprend par sa vulgarité. Verlaine lui reste fidèle, et tous deux entreprennent une errance d'un an à travers l'Europe ; ils connaissent des moments de perversion, jusqu'au jour où Verlaine blesse Rimbaud d'un coup de revolver et échoue en prison. De ces années 1872 - 1873, datent les poèmes de Rimbaud les plus sensuels et les plus bouleversants. Ce "Satan enfant", comme l'appelle Verlaine, trouve une langue nouvelle par des superpositions de sensations et d'images, et crée le vers libre.

    Rimbaud revient auprès de sa mère pour écrire Une saison en enfer qui et une relation de ses folies. L'oeuvre exprime les remords du poète, son désir de dire adieu à la révolte, aux hallucinations et à la poésie et de revenir à une vie humble, proche des autres. Très vite après, il écrit Les illuminations qui sont des "instantanés" de poésie, décousus, faits de fantasmes, et rédigés sous l'effet de pulsions de l'être libéré. La quête poétique rimbaldienne s'achève là : après 1875, Rimbaud cesse d'écrire et repart seul pour un voyage à travers l'Europe ; il vit de petits métiers et revient auprès des siens de temps à autre. Puis, à partir de 1880, après un nouveau séjour à Chypre et à Aden, il rejoint le comptoir commercial de la compagnie Mazeran à Harar, au cœur de l'Abyssinie ; il va errer pendant dix ans entre les déserts et les oasis d'Ethiopie et d'Egypte, rêvant de fortune au fil de ses explorations et de ses trafics. Mais en 1891, il doit être rapatrié à Marseille pour être amputé d'une jambe à la suite d'une tumeur au genou. Il y meurt quelques mois plus tard, veillé par sa sœur Isabelle.     

    Rimbaud est animé par un profond désir de rompre avec "la vieillerie poétique". Le poète, selon lui, doit chercher du nouveau et arriver à l'inconnu, c'est-à-dire être voyant ; il juge catégoriquement ses prédécesseurs selon un seul critère : ont-ils été voyants ? Pour accéder à cet inconnu, il lâche la bride à tous ses sens et se laisse aller à l'hallucination. Ainsi,dans son esprit, il assiste à une métamorphose des éléments du monde ; les objets, les impressions, les rêves se mêlent et fusionnent dans une sorte de vertige. Rimbaud dit lui-même : "Je devins un opéra fabuleux." Pour transcrire ses hallucinations dans sa poésie, il se forge une langue poétique "résumant tout, parfums, sons, couleurs". Il passe du vers libre au poème en prose, où les effets de rythmes et de sonorités témoignent d'une extraordinaire magie verbale et d'une liberté enthousiaste. Rimbaud veut "acquérir des pouvoirs surnaturels", étreindre l'univers et, par la même, le recréer par la puissance poétique.  

    Le destin de Rimbaud, l'originalité de sa poésie, son brusque silence sont tellement étonnants qu'ils ont engendré un mythe : celui de l'adolescent révolté, d'une jeunesse exigeante et exaltée. Par ailleurs, la fulgurance de ses verts et la rapidité de sa rédaction l'on fait passer pour un génie qui aurait marqué l'avènement de la seule vraie poésie. De fait, il subit des influences comme celle de Baudelaire surtout, le renouvellement qu'il a apporté à la poésie est incontestable. Ce qu'il appelle "l'alchimie du verbe", c'est-à-dire cette fusion totale des sens qui fondent la parole poétique, va marquer à jamais la poésie postérieure ; Paul Claudel y voit une vraie révélation ; les surréalistes considéreront Rimbaud comme un précurseur.

     

     


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :