• Adam de la Halle - Le jeu de Robin et Marion

    Adam de la Halle - Le jeu de Robin et Marion

    Marion, qui garde ses moutons, chante le refrain populaire " Robin m'aime, Robin m'a ", lorsque survient un chevalier qui chasse au faucon. Profitant de son état, il tente d'obtenir les faveurs de la bergère qui, pas du tout naïve, esquive ses vains arguments. Après le départ du chevalier, Marion appelle Robin et lui conte son aventure. Elle détourne sa colère par de doux propos et un repas champêtre. Après un chant d'amour qu'ils reprennent en duo, Robin s'en va convier des bergers à danser. Leur présence sera utile si le chevalier revient. Le voici justement, encore entreprenant et encore débouté par la maligne bergère. Mais à son retour, Robin se fait rosser par le chevalier, qui enlève Marion sur son destrier. Échaudé, Robin le laisse faire, mais Marion se débat si bien que le chevalier l'abandonne. Les reproches de couardises qu'elle adresse à Robin sont tôt estompés, celui-ci s’interposant lorsqu'un loup tente d'emporter une brebis. Bergers et bergères surviennent alors et se livrent à des chants, des jeux et des danses. 

     Ce "jeu" est une pastourelle, genre lyrique dans lequel une bergère (pastourelle) dialogue avec un prétendant qui s'efforce d'obtenir ses faveurs. Adam de la Halle effaça les parties proprement narratives pour ne conserver que les dialogues, ce qui fait de sa pastourelle une sorte d'opérette.

    La mauvaise habitude est prise de considérer Le Jeu de Robin et Marion comme une oeuvre seulement littéraire, alors que le texte nous est parvenu inclus aux partitions musicales. E. de Coussemaker rappelle que le " Trouvère d'Arras l'emporte sur ses contemporains par la matière facile et chantante dont les partie sont agencées entre elles. Mais en quoi il est supérieure, c'est dans les compositions mélodiques ; quelques unes offre une originalité, une grâce, une naïveté, une fraîcheur telles qu'elles sont devenues populaires et se chantent encore aujourd’hui sans qu'on se doute de leur origine."  

    Adam de la Halle est un trouvère actif du XIIIe siècle et est considéré comme le dernier trouvère.   

     


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :