• A. J. Cronin - Le Destin de Robert Shannon

     

    Avec les prix et les médailles que lui ont valus ses premiers travaux de bactériologie, Robert Shannon aurait pu s'établir, devenir un médecin connu et riche, mais il n'a qu'une passion, la recherche scientifique, et se contente d'un poste modeste à la section de pathologie dirigée par le professeur Usher pour pouvoir travailler en laboratoire.

    Quand le projet d'étude dont il pressent l'importance est rejeté par Usher, il décide de s'y consacrer quand même. L'épreuve de force s'engage alors entre lui et Usher alors qu'il se sait au bord d'une découverte... 

    **********

     Il y a comme du vécu personnel dans tous les romans de Cronin : les personnages principaux appartiennent souvent au monde médicale de la classe ouvrière pauvre. Il exerça au pays de Galle dans les corons miniers ; la religion et surtout les conflits entre catholiques et protestants apparaissent souvent comme toile de fond. 

    C'est l'histoire romanesque d'un jeune homme, de ses espoirs, son ambition, son amour pour une jeune fille, ses déception et les embûches qu'il rencontre dans sa quête de la recherche.

    On peut dire que Robert Shannon n'a pas de chance. Il est maladroit et son caractère emporté et insatisfait le conduit sans cesse à prendre des décision irréfléchies. Forcément, ça ne va pas toujours comme il le voudrait. Il ne veut pas une clientèle, il veut consacrer son talent à la recherche. C'est une ambition louable, mais l'attitude du jeune médecin à l'égard des patients et collègues est assez agaçante. Il va lui falloir beaucoup de courage et de coup dure pour ce sortir de ces embûches qui parsèment sa route. 

    Robert s'obstine contre les facéties du monde pour vivre comme il l'entend, mais qu'il est difficile de ne pas suivre le troupeau...
    Entre luttes, fièvres, recherches, crises de larmes et passion dévorante, le destin de Robert Shannon et de Joan se joue sous la plume de l'auteur.

    En prime, nous avons droit à une histoire d'amour poignante, la pression imbécile des religions et de la famille... Et même si Robert Shannon n'est pas très sympathique au premier abord, on se laisse entraîner dans ses déboire, on compatit et on attend, fébrile pour savoir s'il pourra un jour connaître le bonheur. 

    L'écriture est travaillée, on perçoit un style classique au vocabulaire recherché pour une belle histoire.
    Une fois de  plus, Cronin nous offre un bon moment de lecture


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :