• Grimmelshausen  Hans Jakob Christoffel von - La Vagabonde Courage - Allemagne

    La vagabonde Courage, aventurière sensuelle, perverse et sans scrupules, raconte ici, avec une audace crue, comment elle survécut en pleine guerre de Trente Ans au milieu des famines, de soudards et des capitaines d'infanterie, tour à tour femme d'un lieutenant, d'un mousquetaire, vivandière et bohémienne. Peu de récits font aussi bien revivre cette période de misères, de massacres et de pillages qui ravagea l'Allemagne de la première moitié du XVIIe siècle.

    Les confessions de Courage, une belle aventurière rusée, avide de conquêtes, d'hommes et d'argent, prompte à régler ses comptes avec ses nombreux maris et amants. En arrière-plan, c'est le récit de la guerre de Trente Ans, une période de misères, de massacres et de pillages dans l'Allemagne de la première moitié du XVIIe siècle.

    Avec une verve drue, mélange de Bosch, de Brueghel et de Rabelais, Grimmelshausen réussit une fresque historique et particulièrement baroque, ainsi que le portrait singulier d'une femme libre

    **********

    Elle n'a peur de rien et ne doute de rien cette Courage. Elle n'hésite pas à se servir des hommes pour assouvir ses désirs charnels et amasser les richesses qui y sont souvent associées. 
    Une histoire à court chapitre qui ne laisse pas au lecteur le temps de s'ennuyer une minute. 

    Un livre du XVIIè siècle qu'il faut redécouvrir

     


    votre commentaire
  • Giambattista Basile - Le Conte des contes ou Pentamerone

    Ecrit en langue napolitaine, sous l'anagramme Gian Alesio Abbattutis, autour de 1625, et édité, posthume, en 1634-1636,
    " Lo cunto de li cunti " de Giambattista Basile n'a jamais fait l'objet d'une traduction intégrale en français.

    Ce livre de contes est un pur chef d'oeuvre et l'une des productions majeures de la littérature européenne du XVIIe siècle. Il peut être considéré comme un recueil de contes pour enfants, ainsi que son sous-titre l'indique et l'on peut tenter de rechercher quelle inspiration les contes du Napolitain avaient pu fournir à Perrault ou à Grimm. D'autres critiques, comme Italo Calvino, hésitent à inclure Basile dans ce patrimoine, préférant souligner la richesse de l'invention métaphorique et le délire de l'imagination voyageant du " sublime au sordide ".

     

    Giambattista Basile - Le Conte des contes ou Pentamerone

     

     Intitulé Le Pentaméron par son premier éditeur napolitain du fait de sa construction proche du Décaméron de Boccace. Ce sont en réalité des contes, écrits dans une langue pleine de jubilation, de verdeur et de violence érotique qui se trouvent, bien avant les versions édulcorées de Perrault ou des frères Grimm, faire la synthèse des histoires populaires nourries du creuset des cultures orientales, arabes, germaniques ou celtiques.

     

    Giambattista Basile - Le Conte des contes ou Pentamerone

     

    C’est une véritable immersion dans un passé mythique que nous propose Le Conte des Contes, avec ses rois et ses princes. Un passé imaginaire, et à bien des égards universel, où la surnature guette partout, sous la forme de fées bonnes ou mauvaises. Un univers parfois cruel, où des tortures sans nom sont infligées, par les mauvais ou, en guise de jugement – souvent choisi par les victimes elles-mêmes, d’ailleurs – par les héros. Un monde où l’on ripaille plus qu’à son tour, et autres paillardises, à l’occasion d’une succession de mariages heureux ou moins heureux.

     

    Giambattista Basile - Le Conte des contes ou Pentamerone

     

    Vous l'aurez compris, ce livre est une petite merveille, un ovni dans la littérature. Les contes de Perrault, Grimm, Andersen, et C° auront l'air bien fades en comparaisons de ce chef-d'oeuvres. Jetez-vous sur ces 110 pages de pur bonheur.


    votre commentaire



    Suivre le flux RSS des articles
    Suivre le flux RSS des commentaires