• Luxun - Journal d'un fou - Chine

     

    Luxun - Journal d'un fou - Chine

    La nouvelle se présente sous la forme d'extraits d'un journal rédigé par un jeune homme atteint de délire de persécution, persuadé que son entourage, voisins et famille, est composé de « mangeurs d'hommes ». À la lecture d'un livre d'histoire, rempli des mots « Bienveillance, Justice, Voie et Vertu », le fou supposé décrouvre « écrits partout entre les lignes sur toutes les pages, d'un bout à l'autre du volume, les mêmes mots toujours répétés : ″manger de l'homme″. » Persuadé que son propre frère a mangé sa petite sœur morte à l'âge de cinq ans, croyant comprendre que depuis plus de quatre mille ans les hommes mangent de l'homme, le fou en vient à se demander s'il n'est pas lui-même devenu cannibale à son insu. La nouvelle se termine sur ces mots : « Se pourrait-il qu'il y ait encore des enfants qui n'ont pas mangé de l'homme ? Sauvez-les !... »

    **********

    Luxun - Journal d'un fou - Chine

    La nouvelle Le Journal d'un fou, dont le titre est emprunté à l'écrivain russe Gogol, publiée en 1918 est la première œuvre littéraire écrite en chinois vernaculaire après la publication du manifeste de Hu Shi appelant à l'abandon du chinois littéraire, dans la même revue, en 1917. Si la forme du journal est déjà connu dans la littérature chinoise, c'est toutefois la première œuvre qui adopte un point de vue aussi subjectif (celui du « fou ») dans la littérature chinoise, sous la forme d'un journal intime.
    Le cannibalisme est la métaphore du comportement des êtres humains les uns envers les autres, et une conséquence de la culture chinoise traditionnelle.

     


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :