• Andrea Camilleri - La forme de l'eau

     

    Andrea Camilleri - La forme de l'eau

    Tout laisse à penser que l’ingénieur Luparello a succombé à une mort naturelle au cours d’un rendez-vous avec une prostituée.
    Un type qui trépasse entre les bras de sa dulcinée d'un moment, ce n'est pas monnaie courante mais ça arrive. Mais, lorsque le type s'appelle Luparello et que c'est le parrain politique local, tout le monde s'affole. La mafia, les politiques, les autorités religieuses...
    Mais Montalbano a une intuition qui le pousse à demander deux jours d’enquête avant de classer l’affaire. Le lecteur quant à lui sait que l’intuition de Montalbano est fondée. Car ce que le commissaire ne sait pas encore, c’est qu’avant de le prévenir, les deux employés au nettoyage ont appelé l’avocat de l’ingénieur. Or la réaction de l’avocat a alors été plus que suspecte.

    Andrea Camilleri - La forme de l'eau

    **********

    La forme de l’eau est le premier roman d’Andrea Camilleri mettant en scène le commissaire Montalbano. L’action se déroule de nos jours à Vigàta, petite ville imaginaire de Sicile. L’enquête semble avancer toute seule, différentes informations arrivant à Montalbano simplement grâce à son réseau de relations. Il n’y a donc pas un suspense de folie dans ce roman, mais l’intérêt et le plaisir que l’on prend à le lire sont indéniables.

    Andrea Camilleri - La forme de l'eau

    Dans "La forme de l'eau", on trouve déjà, ébauchés, des aspects chers à l'auteur qui vont prendre leur sens au fur et à mesure de la parution des autres romans. Le personnage de Montalbano est esquissé, mais on ressent déjà son humour, son sens de la dérision, son humanité, son aspect proprement "sicilien".

    Publié en 1994, "La forme de l'eau" marque la première apparition du commissaire sicilien, qui deviendra rapidement le héros fétiche et récurrent de son auteur.
    Intègre, astucieux, méprisant les arrangement politiques, amateur de bonne chère et homme d'honneur, cet authentique sicilien, amoureux de son pays dont la langue si particulière chante tout au long du volume dirige le commissariat de Vigata avec fougue et talent, mais aussi avec son caractère ombrageux et parfois rêveur.

    Andrea Camilleri - La forme de l'eau

    Ce roman est un vrai roman policier qui, a partir d'une intrigue simple, d'une mort classique, va montrer une partie de la vie italienne, et une grande partie de la politique sicilienne.
    Les pistes vont se mêler, s’emmêler jusqu'à un dénouement inattendu. 

    Pas de longue description. Tout est brut et les dialogues montrent tout le respect qu'il a envers ces gens simples et leur parler si particulier. Une petite mention spéciale pour le traducteur dont la volonté de rester dans ce ton donne des morceaux drôle et bizarres parfois.

    Andrea Camilleri - La forme de l'eau

     

     

     

     


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :