• Ambrose Bierce - Morts violentes

    Ambrose Bierce - Morts violentes

     

    Tout au long de ces seize nouvelles, ce qui frappe c'est le rapport du héros de chaque texte avec la mort, concrète, hideuse et quotidienne sur les champs de bataille. Le liens de ces récits est une insoutenable horreur de la mort, à travers les cauchemards de la guerre de Sécession.  Et en prime le degré d'horreur supplémentaire, cette horreur fratricide de la guerre civile. Des histoire plus vrais que nature, des histoires poignantes. Les pages sentent la poudre à canon et suintent la peur à chaque instant.  La mort est au rendez-vous à la fin de chaque histoire, et l'écriture sublime de Bierce nous la rend inévitable, terrible, et un malaise s'empare du lecteur a la fin de chaque nouvelles.

    **********

    Fresques hallucinante des horreurs de la guerre, ce livre est une impitoyable dénonciation de la faillite de l'homme quand il s'abandonne à ses démons. Il est difficile d'oublier l'horreur silencieuse qui plane sur le champs de bataille de Chickamauga. Egaré au milieu des morts et blessés, un jeune garçon, inconscient du drame qui vient de se dérouler, joue à la guerre : il charge à la tête des survivants, masse informe et grouillante qui avance sans bruit... L’étrangeté même de ce silence, dans une description d'un insoutenable réalisme, frappe l'imagination du lecteur et le trouble jusqu'au malaise. 

    Un malaise que ne dissipera pas la chute du récit : l'enfant est sourd-muet.   

    Ce livre est sans doute celui qui parle le mieux de la guerre de Sécession.
    Nous tournons les pages et nous participons à ces batailles et nous sommes spectateurs des décisions et des comportements des protagonistes tout au long des batailles.
    Ce livre est un pur chef-d'oeuvre du genre. A (re)découvrir de toute urgence.

    **********

     


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :