• Williams Tennessee - Un tramway nommé Désir

    Williams Tennessee - Un tramway nommé Désir

    Un salon et une chambre à coucher qu'un simple rideau sépare. Une table, une glacière, un lit divan. Au second plan, une rue de quartier de La Nouvelle-Orléans et un morceau de la voie de chemin de fer passant derrière. Le décor est posé. C'est dans cette " atmosphère sensuelle et décadente " que débarque Blanche Du Bois, fille d'une vieille famille de l'aristocratie sud-américaine, " papillon nocturne" dont l'apparence légère et raffinée joue considérablement avec l'atmosphère environnante. laissant derrière elle la ruine de la propriété familiale, Blanche est venue retrouver sa sœur Stella, mariée à un Polonais, Stanley Kowalsky, un mâle sensuel et mal dégrossi, féru de poker et de bière.  

    Fragile, hypersensible et hystérique, Blanche est un être écrasé par la réalité, qui vit dans un monde imaginaire, fiévreux et délicat. Kowalsky, que la présence chez lui de cette femme éthérée exaspère, surprend un jour celle-ci en train de confier à Stella la piètre opinion qu'elle a de son mari. Blanche tient en effet Stanley pour un être vulgaire et bestial, une sorte de sous-homme, un anthropoïde ignorant tout des manières et des sentiments subtils et raffinés. Kowalsky, qui avait déjà commencé à soupçonner Blanche d'escroquerie au sujet de la plantation familiale, décide de mener une enquête.

    Blanche n'est pas un escroc. Mais Kowalsky découvre que la jeune femme, qui joue sans cesse le jeu de la pureté et de l’innocence, traîne en faire depuis des années la vie abjecte d'une putain de bas étage. Renvoyée de l'école où elle était institutrice pour avoir séduit un garçon de 17 ans, chassée de ville en ville pour mœurs dépravée, Blanche, amenée par un " tramway " nommé désir, avait pensé pensé trouver chez sa sœur un refuge. 

    Écrivain tourmenté et pessimiste, Tennessee Williams est, avec William Faulkner, Carson McCullers et quelques autres, un écrivain du Sud par excellence. Culpabilité, hantise du péché originel, solitude inéluctable, nostalgie d'une aristocratie déchue : tels sont les fantômes qui hantent l'auteur d'Un Tramway nommé Désir et son théâtre tout entier.

    Blanche appartient bien à cette lignée des héroïnes de Williams, qui "ne voient plus s'ouvrir devant elles que la voie solitaire de la fuite intérieure", et qui "mentent et se mentent puis s'enferment doucement das la folie qui annihile le mensonge"

     

     

     


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :