• Bruno, le "Cocu magnifique" a épousé Stella, jeune, belle et très éprise de son mari. Cependant, en proie à une jalousie morbide, il se convainc que sa femme lui est infidèle et imagine alors mille stratagèmes pour la pendre en flagrant délit d’adultère. Un cortège d'amants virtuels gravite autour de Stella, sur les instances de Bruno ; celui-ci pense ainsi découvrir celui qui, tapi dans l'ombre et se refusant à une cour bruyante, est le véritable amant. Prisonnier de ses obsessions, Bruno se livre à une mascarade : il se déguise nuitamment afin de séduire sa jeune épouse et légitimer ainsi ses soupçons.

    Stella se laisse émouvoir, car cet intrus masqué ressemble étrangement à Bruno lorsque, au paroxysme d'un lyrisme enchanteur, il lui proclamait son amour. Cette comédie du travestissement précipite le dénouement tragique : n'ayant pas réussi à persuader Bruno de sa fidélité, Stella sera contrainte de quitter le domicile conjugal.

    **********

    Crommelynck à donné à sa pièce le sous-titre de "farce lyrique", qui dénote un climat particulier, à la fois truculent et rempli du lyrisme de la passion amoureuse. Dévoré par la jalousie, Bruno adopte un comportement excessif qui le mène inéluctablement à la déchéance. La farce découle de ce mouvement passionnel qui dépasse, dans ses manifestations extrêmes, les limites du vraisemblable. Bruno oblige Stella à porter un masque. Tour à tour, il la tient recluse puis offre son corps aux regards concupiscents des hommes du village. Plein de sérieux dans ses injonctions insensées, il transforme la situation en bouffonnerie grotesque, prenant à partie Estrugo, son confident silencieux.

    Crommelynck, qui admirait Shakespeare, s'est inspiré d'Othello pour décrire le mécanisme destructeur et la logique délirante de la jalousie, en présentant toutefois le thème sous un autre angle. En effet, à la différence d'Othello, dont la jalousie, provoquée par un élément extérieur (le fameux mouchoir), est entretenue par Lago, les divagation morbides de Bruno n'ont de source qu'en lui-même.   

     Crommelynck a composé son Cocu magnifique en s'inspirant d'Othello mais en lui conférant un mode de fonctionnement expressionniste. L'auteur lui-même nous éclaire sur cet aspect de son théâtre qui consiste à démonter les mécanismes d'une fiévreuse agitation intérieure, poussée à son paroxysme : " J'ai voulu refaire Othello de Shakespeare. Il me semblait qu'Othello était trop naïf... Je prétendais que la jalousie était une sorte de maladie qui n'avait besoin d'aucune espèce de ferment extérieur, qu'elle se nourrissait de soi-même et sans engrais. J'ai donc écrit Le Cocu magnifique qui est en réalité un immense monologue. Car les personnages ne sont que des échos de son tourment intérieur..." 

    Extrait

    " Tu en as dit assez ! C’est par là qu’elle a quitté la maison, c’est sûr ! Ah ! la garce, la prodigieuse femelle ! Une femme si achevée, si fine, mon cher ami. Quand je me l’imagine nue, dénouant sa chevelure, mon cœur perd son écorce ! Et lui, lui, l’attendait au-dehors avec une échelle ? Comment descendrait-elle du toit dans le verger ? Sauterais-tu de là-haut sans te rompre les os ; glisserais-tu le long du lierre sans l’arracher ? Marche-t-elle sur une vapeur, dans un rayon de lune, a-t-elle des ailes, - me crois-tu fou ? »

       

     

     


    votre commentaire
  • Jules-Amédée Barbey d'Aurevilly est un nostalgique. Né huit ans après son siècle, il a vu s'effondrer un à un les derniers vestiges de l'ordre monarchique. Ses ouvrages rendent hommage aux derniers aristocrates, à ceux qu'il nomme les "vieux beaux" de l'Ancien Régime. Mais derrière cette nostalgie se cache aussi une fascination pour le maléfique, d'autant que celui-ci émane, justement, de cette noblesse disparue et tant regrettée. " Le mal - le vrai - est aristocratique ", dit Barbey. Les six nouvelles des Diaboliques, publiées en 1874, tentent  le montrer.

    Tout commence, chaque fois, par une badine conversation mondaine. Dans une diligence, sur un banc public, dans un salon à la mode, à un banquet d'amis, l'auteur Barbey rencontre des hommes de qualités, un malicieux docteur, des comtesses un peu bavardes... et les fait parler. Une seule règle dirige les six nouvelles, les six "causeries" : plus le début est tranquille, enjoué, inoffensif, plus frémissante, plus diabolique est la fin. 

    Le Rideau cramoisi est la nouvelle la plus violente ; Le Plus Bel Amour de Don Juan, la plus raffinée ; Le Bonheur dans le crime, la plus provocante ; A un dîner d'athées, la plus épique ; La Vengeance d'une femme, la plus impitoyable. Mais la palme de l'horreur revient sans conteste au Dessous des cartes d'une partie de whist. Un grand whister écossais, Marmor de Karkoël, établi pour quelques années dans la très aristocratique et très somnolente ville de Valognes, laisse en partant un désordre complet ; une mère et une fille qui s’entredéchirent, un enchaînement de morts mystérieuses et, surtout, l'affreuse découverte des... restes d'un "secret" inavouable.

    A lire par ceux qui croient encore que l'horreur est affaire de gens raffinés.

         

     

     


    votre commentaire
  • Mary Shelley - Frankenstein

    Un savant nommé Frankenstein construit un monstre sans âme en assemblant les membres de différents corps, qu'il vole dans les cimetières. Horrifié par l'apparence répugnante de celui à qui il a donné la vie, il le laisse s'enfuir et cherche à l'oublier. Le monstre trouve refuge dans une cabane jouxtant la demeure d'un aveugle et de ses enfants. Il demeure caché et s'instruit en observant ses voisins. Mais lorsqu'il veut faire leur connaissance, il est chassé avec horreur. Las de n'inspirer à tous que haine et dégoût, il se révolte contre son créateur et tue son frère. Puis il exige de lui qu'il construise une compagne à son image. Mais Frankenstein, lui ayant obéi, détruit son ouvrage avant de lui avoir donné vie. Le monstre se venge en tuant l'ami puis la femme du savant et s'enfuit alors sur la banquise du pôle Nord. Frankenstein l'y cherche pour le supprimer...

    **********

    Mary Wollstonecraft Godwin n'a pas encore 19 ans lorsqu'elle écrit ce roman d'épouvante, au cours d'un séjour en Suisse avec son mari, le poète Percy Busshe Shelley, et de Lord Byron. La lecture commune des contes fantastiques allemands les incite à un défi singulier, celui d'écrire chacun un récit de ce type. Mais seul Mary mène son projet à bien. Si son Frankenstein fait appel à certains effets de terreur propres au roman gothique en vogue deux décennies auparavant, il inaugure un genre nouveau de fiction qui mêle le fantastique et le scientifique. Le récit illustre à un double niveau le mythe prométhéen de la révolte de la créature contre son créateur : à travers la figure du savant, dans son désir d'égaler Dieu, mais également à travers celle du monstre, dans son désir d'égaler l'homme.

    Ainsi l'omniscient Frankenstein, disciple attentif de Paracelse et de Cornélius Agrippa, possédé par un esprit d’orgueil sacrilège, et penché sur les sanglants débris de sa table de dissection, ne faisait-il que commettre à son tour le terrible péché de la Connaissance en voulant pénétrer des domaines sacrés et concurrencer l'oeuvre divine. 

         Frankenstein, donc fut un livre à succès : il parut précisément au moment ou il était nécessaire, pour les œuvres de fiction, de produire non seulement des sensations désagréable, bien que par procuration, au creux de l'estomac, mais des réflexions cérébrales. 

      Voilà ce qui déroute dans cette créature : elle est si neuve qu'elle ne peut être rangée dans aucun catégorie d'être préalablement connue. Aussi bien, jusqu'à la fin du roman ne porte-t-elle aucun nom. Que peut-on rêver de plus angoissant ? L'Innommable n'est pas même justifiable de cette discrimination suprême : les vivants et les morts.  

     


    votre commentaire
  • Johann Wolfgang von Goethe - Faust

    Le vieux docteur Faust a usé sa vie aux savantes recherches des secrets de la nature ; pourtant, son existence le désespère. Un ange du mal, Méphistophélès, lui achète son âme, contre quoi il lui rend le goût de vivre. Faust signe le pacte et, rajeuni, courtise Marguerite. Mais Méphisto manigance la mort de la mère et du frère de celle-ci, qui mourront de la main même de Faust. Marguerite, emprisonnée pour infanticide, refuse l'aide diabolique de Méphisto et expire sur le gibet au désespoir de son amant...

    Ailleurs et plus tard, Faust s'éveille, régénéré ; Méphisto est toujours à ses côtés. Il s'éprend de la vision d'Hélène de Troie. Transporté avec Méphisto dans la Grèce mythique, Faust, dont la quête est redevenue plus spirituelle, épouse la beauté antique sous les traits d'Hélène. De cette union naît un fils, qui se tue en reproduisant la tentative d'Icare. Faust, vieux et aveugle, s'est engagé à la construction d'une cité idéale pour laquelle il jouit enfin de pouvoirs suffisants . Il succombe à l'instant de joie que lui procure le bruit des travaux ; mais c'était Méphisto qui creusait sa tombe. Toutefois, par la perfection de son oeuvre grandiose, Faust a obtenu son salut ; Méphisto est vaincu.

    **********

    Les divers Faust littéraires s'inspirent d'un personnage historique, nommé Georg Faustus, ayant existé entre 1480 et 1540. Après Marlowe en 1604, Goethe redonna une ampleur qui le transforme en mythe à cet adepte de la science des mages. La magie était soupçonnée d'entretenir des rapports avec les forces diaboliques, dont on se demandait si elles était partie intégrante de la matière dès la Création. L'univers médiéval suscite une vision assez romantique de ce problème comme celui du salut.   

    C'est pourquoi Goethe transporte son Faust dans la Grèce antique, où il devient l'architecte d'une cité idéale après avoir épousé Hélène dont on se souvient qu'elle est à l'origine de la destruction de Troie. Leur fils, à l'instar d'Icare, fils de l'architecte Dédale, meurt en tentant un vol trop audacieux. La cité ne verra pas le jour car c'est la fin de Faust, qui s'est aliéné les puissances diaboliques, mais celui-ci sera tout de même sauvé car " celui qui s'efforce toujours et cherche dans la peine " peut toujours être sauvé.

    "Faust" : ce simple mot, cette syllabe robuste et trapue comme le poing qu'elle désigne couramment, est un signe aussi fort, dans l'histoire culturelle des pays allemands, que lorsqu'on dit Don Quichotte en terre espagnole ou Dante en Italie... Le personnage du docteur Faust existait avant Goethe et il a connu après lui encore d'innombrables avatars... Parmi les œuvres de tous genres qu'a produites Goethe au cours de sa longue carrière, Faust est à coup sur à la fois la plus savante et la plus populaire. 

    Faust n'est qu'un rêveur et un pédant, qui n'a point compris l'essence de l'univers ; son développement est celui d'un infirme, et on ne saurait qu'applaudir lorsque que Goethe lui fait faire son apprentissage du monde. Mais il vaudrait mieux qu'il apprenne ce qu'il y a à apprendre, et ce à la première et si belle occasion, l'amour de Marguerite. Hélas, comme le poète est heureux de pouvoir le tirer des profondeurs de cet amour pour lui faire un beau matin oublier purement et simplement toute cette histoire, et pour qu'il déroule devant son pouvoir de contemplation objective, avec le maximum de plaisir, ce que l'on appelle l'univers, le monde, l'art antique, le monde pratique et industriel (Lettre à Mathilde - 1858)

     

     


    votre commentaire
  • Sept hommes se réunissent régulièrement durant des soirées arrosées ; ce sont les "copains". Ce soir-là, Bénin est plus ivre que d'habitude. Il soutient que, sur la carte de la France, parmi tous ces départements qui s'interpénètrent, les deux points indicatifs d'Ambert et d'Issoire sont comme un regard malsain, comme un double mauvais œil. Devant la carte, les autres conviennent cet affront. Chacun y va d'un quatrain où Issoire rime avec passoire et Ambert avec camembert. Mais un week end, ils se retrouvent sur la place d'Ambert. Leur premier complot consiste à réveiller toute la caserne et faire exécuter des manœuvres la nuit durant. Au petit matin, Bénin, sous les trait d'un prêtre, prêche en chaire. Il s'en prend à la pruderie des paroissiens, aiguisant petit à petit leur lubricité jusqu'au rut ; c'est le second complot. C'est à Issoire que l'après-midi de ce jour mémorable où l'on inaugure la statue de Vercingétorix, remarquablement "vivante", celle-ci répond au discours du maire, répandant la panique dans la population. Les sept copains peuvent se féliciter de ce vent libertaire et révolutionnaire qui a soufflé grâce à eux, sur Ambert et Issoire.

    Pourquoi les copains veulent-ils se venger de ces deux sous-préfectures ? La seconde raison est, paradoxalement, que rien ne désignait celles-ci plutôt que d'autres. Mais la première raison est le besoin d'un projet commun, où ils ne formeront plus qu'un seul homme, une seule âme. Les sept hommes se rassemblent afin de provoquer des situations comiques en contrariant les règles sociales habituelles. 

    Jules Romains est revenu plus d'une fois sur cette idée : une plaisanterie féconde, jetée presque au hasard, trouvant un accueil favorable, faisant boule de neige, déterminant toute une série d'événements et aboutissant à des réalisations d'une ampleur imprévisible.   

    Jules Romains : " Fournir à l'"honnête homme" d'aujourd'hui une occasion de réfléchir joyeusement à quelques-uns des ressorts et mécanismes permanents de toute civilisation, et aux formes qu'ils ont prises en particulier dans notre monde moderne, voilà ce que je me suis proposé. Ce comique actif, qui se crée sa matière ne se déploie jamais aussi favorablement que dans un groupe de camarades. Autrement dit, dans la vie, la camaraderie est une condition presque indispensable à l'éclosion et au plein exercice de cette joie de l'esprit. La goûter solitairement ressemblerait à une délectation morose. " 

     


    votre commentaire