• Pearl Buck - Vent d'Est, vent d'Ouest

    Pearl Buck - Vent d'est, vent d'ouest

    Kwei-Lan vient d'être mariée, sans le connaître, à un homme de sa race mais qui revient d'Europe. Ce chinois n'est plus un chinois, il a oublié la loi des ancêtres, il ne reconnait, ne respecte ni les coutumes, ni les rites...
    Le frère de Kwei-Lan vient de passer trois ans en Amérique, l'héritier mâle, dépositaire du nom et des vertus de la race, annonce son mariage avec une étrangère ; il revient avec elle...
    A travers les réactions de cette famille de haute condition où l'attachement aux traditions, le culte des ancêtres, l'autorité du père et de la mère n'avait encore subi aucune atteinte, la grande romancière Pearl Buck nous fait vivre intensément le conflit souvent dramatique entre la jeune et la vieille Chine.

    **********

    Pearl Buck - Vent d'Est, vent d'Ouest

    Ce livre est tout à la fois un très beau récit d'amour et de tolérance. Cette histoire émouvante sur les traditions de la Chine et son évolution au siècle dernier est remarquablement bien écrite.

     Ce livre parle du conflit entre les générations : la modernité et la tradition. Il traite aussi de la rencontre entre deux cultures (l'est et l'ouest). Il nous permet de comprendre la chine d'aujourd'hui a travers deux histoires d'amour intense.

    C’est le choc des cultures orientales et occidentales qui est le thème majeur de ce roman. Les vieilles traditions chinoises sont bousculées par l’apport de l’Occident et certains ne peuvent s’y adapter. Deux cultures opposés à l’extrême mais réunies par l’amour de deux jeunes gens passionnés qui ne demandent qu’à s’aimer envers et contre tous.

    Pearl Buck - Vent d'Est, vent d'Ouest

    Raffinement, douceur et délicatesse sont les premiers mots qui viennent à l'esprit lorsque l'on ouvre Vent d'Est, vent d'Ouest.

    Cette histoire nous est servie avec la belle écriture de Pearl Buck toute en douceur et subtilité, qui décrit la vie par l’intérieur, se servant des sentiments et des désirs secrets d’êtres humains déchirés par deux cultures comme pinceau pour brosser une fresque magnifique de la Chine en pleine évolution.

    Kwei-Lan, la narratrice est particulièrement touchante. La peine qu'elle éprouve lorsque, au début de son mariage, son mari ne semble pas la remarquer, est tellement profonde que l'on ne peut que ressentir de la sympathie pour cette toute jeune fille perdue au milieu de courants contraires.


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :