• Mowgli entre nature et civilisation

     

    Les histoires de Mowgli furent longtemps interprétées comme une apologie de l'Empire britannique. Sous les traits de Mowgli se dessine l'homme civilisé, faisant bénéficier les indigènes de sa supériorité, et ne quittant la jungle qu'après avoir contribué à y établir un ordre politique satisfaisant. Ainsi Mowgli débarrasse-t-il le chef des loups, Akela, de la terreur et du désordre que fait régner le tigre usurpateur, Shere Khan. 

    Mais le retentissement du Livre de la jungle a depuis longtemps dépassé le cadre d'une situation socio-historique aujourd'hui fort lointaine. Les aventures de Mowgli touchent au mythe dans le sens où elles font écho à des questionnements. L'oeuvre de Kipling interroge d'abord le rapport problématique entre nature et civilisation.

    Kipling utilise classiquement l'anthropomorphisation des animaux pour tendre un miroir à la société et faire apparaître sa part d'ombre et de sauvagerie. Les rapport de pouvoir sont féroces, comme en témoigne la menace d'Akela par les jeunes loups. La violence est omniprésente. La panthère Baghera achète ainsi la vie de Mowgli par le sacrifice d'un taureau, sacrifice sur lequel se fonde l'interdiction de manger du bétail. C'est ici qu’apparaît la face lumineuse de la jungle : loin d'être le seul domaine de la sauvagerie ou de l'anarchie, elle est régie par des lois immuables, parfois plus noble que celle de la civilisation. 

    La loi de la jungle apprend aussi à Mowgli à "ne pas se fâcher" et à supporter les moqueries de ses congénères sans chercher à se battre. C'est pourquoi le peuple singes, qui n'ont ni loi, ni patrie, ni langage, est parfaitement méprisé des autres animaux. Ni sauvages ni civilisés, ces "ancêtres" de l'homme posent plus que tout autre la question de notre identité profonde. 

    La théorie darwinienne de l'évolution élaborée 50 plus tôt avant cette oeuvre, génère des interrogation dont le Livre de la jungle fait l'écho. Kipling s’intéresse à la prétendue distinction entre l'homme et l'animal. Dans la jungle, le nom des espèces ne leur confère pas nécessairement les privilège d'une identité fixe. Baghera elle-même est "rusée comme le chacal Tabaqui, hardie comme un buffle et téméraire comme un éléphant blessé ". Mais c'est surtout Mowgli, comparé à une "grenouille" agile comme un singe, qui passe son temps à chercher à quelle espèce il appartient. Walt Disney jouera sur ce thème à travers la paternité de l'ours Baloo.

    Pourtant le clan des loups, qui a élevé le petit d'homme, finit par le rejeter. En effet, Mowgli "soutient le regard" des animaux, et ce ragard est un signe de on altérité, de son appartenance à l'espèce de ceux qui se comportent comme les maîtres de la nature. Miroir de l'âme, mais aussi révélateur d'une profondeur et d'une duplicité tout humaine, le regard de Mowgli le renvoi inéluctablement à sa véritable patrie. 

    La jungle possède les couleurs du paradis perdu. Mowgli y grandit, nu,  nourri aux mamelles de la mère louve comme Romulus et Rémus, jouissant de la chaleur et de ce rapport fusionnel avec la nature. Ses activités de chasse et de cueillette ne sont pas harassantes, et la confrontation avec le danger est indissociable à la vie de cet espace sauvage.

    Cependant de façon significative, les problèmes de Mowgli surgissent alors qu'il aborde les rivages de l’adolescence. La jungle devient alors un terrain d'apprentissage de la liberté, d'intériorisation de la loi, sous le regard bienveillant de deux mentors, Baloo et Baghera. Errant entre l'enfance et l'âge adulte, le Mowgli de Kipling fait des allées et venues entre la jungle et le village, démontrant qu'il n'a pas encore trouvé sa véritable place. 

    C'est ainsi que le Livre de la jungle forme un roman d'éducation particulièrement touchant dans la mesure où il exprime la difficulté de devenir un homme, tout simplement. 

     

     

     


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :