• Marcel Achard - Jean de la Lune

     

    Il n'y a pas cet après-midi d'homme plus heureux que Jean de la Lune. Marceline va venir chez lui pour la première fois. Timide, il se demande comment trouver le courage pour lui faire sa déclaration. On sonne à la porte et un gros homme parait, c'est Clotaire, le frère de Marceline, son confident, un bon vivant qui aime à plaisanter. Lorsque la volage Marceline fait son apparition, elle est avec Richard, son amant, qui vient d'avoir la preuve qu'elle le trompait. Ils se jouent la grande scène de rupture. Richard se montre intraitable : il ne veut pas pardonner sa trahison à Marceline. Et Marceline avec tous ses talent de comédienne, ne parvient pas à décider Richard à rester avec elle. Jef assiste à la scène, mais cela ne change rien à l'amour qu'il porte à Marceline. Naïf et fantasque, il a totalement confiance en elle et il n'est pas rongé par la jalousie ; il veut l'épouser et lui promet toute liberté au sein de leur couple....

    **********

     

    Dans cette pièce, commandée par Louis Jouvet en 1929, Marcel Achard reste fidèle à un type de personnage qui lui est cher : l'amoureux pour qui seul compte l'amour, un amour qui n'est pas passion brutale mais tendresse et dévouement. L'oeuvre oscille entre le rêve et la réalité, entre le quotidien et la fantaisie "lunaire" elle allie mélancolie et optimisme, banalité des sentiments et pureté de l'ideal amoureux. Derrière une psychologie élémentaire des personnages, c'est la fantaisie cynique ou poétique qui s'impose. 

    Jean de la Lune est un sobriquet désobligeant, que ses amis lui ont donné quand il était petit. Jef artiste en fleurs est un cœur pur. Il est naïf sans être sot, dupe sans être ridicule, candide avec confiance et amoureux ingénument. Il ne voit rien, il ne comprend rien, il n'entend rien. Ou plutôt il voit son rêve ; il comprend son idée, il entend son instinct. 

    Il ne sait rien de la terre et il marche sur les nuages. Il ne sait pas se défendre du mal qu'on lui fait, mais il ne profite pas du bien qu'on lui veut. Il y a du mystère en lui. Il est très maladroit, mais sa maladresse tourne à son avantage. Il se trompe et son erreur devient la vérité. Tout est pur aux cœurs purs. Il y a dans l’innocence de Jef une puissance que nous allons connaitre. 

    Les trois actes sont étincelants d'inventions comique et classent Jean de la Lune parmi les chefs-d'oeuvre du théâtre contemporain : un petit chef-d'oeuvre empreint du style propre à Marcel Achard, tout de drôlerie délicate et de poésie sur le thème difficile de l'art d'aimer.

     

     


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :