• Jorge Luis Borges

    Jorge Luis Borges

    Un jour, un mystique hindou décide de rêver un homme et de l'imposer à la réalité. Après plusieurs tentative, il y parvient. Ce sera pour s'percevoir, en constatant que le feu ne brûle pas, qu'il n'est lui-même que la création d'un rêve ! Qu'un autre " était en train de le rêver "...

    C'est l'argument des Ruines circulaires. L'univers de Jorge Luis Borges se situe au cœur du fantastique, entre rêve et réalité.

    Borges, c'est la vie faite littérature. Il naît le 24 août 1899 à Bueno Aires, sous le signe du livre. L'immense bibliothèque paternelle lui est ouverte sans restriction : mentalement, il n'en sortira plus.

    Sa précocité étonne, il déclare à son père qu'il veut être écrivain. A sept ans, il écrit - en anglais, langue que son père lui a apprise avant l'espagnol - un résumé de la mythologie grecque. A huit ans, il écrit son premier conte et, un an plus tard, une traduction (publiée) d'un conte d'oscar Wilde.

    Son succès apparaît donc normal. Mondialement reconnu, célébré, admiré, il a reçu plusieurs prix littéraires internationaux et de multiples distinctions. Ses tournées de conférences à travers le monde sont de véritables événements.

    Les joies de cette vie vouée à la poésie et au conte se sont pourtant assorties d'un malheur : pour Jorge Luis Borges, le monde de la maturité a été celui de la nuit. A quarante ans, un accident l'a rendu aveugle. Il ne s'en formalise pas : "J'ai commencé à être aveugle au moment où j'ai commencé à voir. C'est-à-dire que j'ai toujours été un peu aveugle" affirme-t-il...

    Jorge Luis Borges

    Cosmopolite de culture, cet écrivain latino-américain parle et écrit parfaitement en anglais, en espagnol et en français. 
    Nommé directeur de la bibliothèque nationale de Bueno Aires, il se pose comme un insatiable érudit, curieux de tout, inlassable voyageur, passionné de cinéma et fou de littérature.
    Son ambition est d'être un "théologien de notre temps". Mais un théologien sans foi : "Tout homme cultivé est un théologien", explique t-il.

    Mêlé très tôt à la vie littéraire internationale, il délaisse la poésie en 1925 pour se tourner vers un genre difficile, le conte.
    Et plus particulièrement le conte fantastique : " Parce que, écrit-il, la littérature fantastique requiert plus de lucidité et de rigueur, plus d'authentique exigence intellectuelle, plus de véritable souci esthétique. "

    C'est le fantastique qui va lui donner les moyens de développer les thèmes qui l'obsèdent. Par le fantastique, il va libérer les incertitudes métaphysiques et philosophiques qui structurent sa personnalité.

    Pour Jorge Luis borges, le monde n'a aucune cohérence. Il n'est même pas réel. Cette réalité que l'on connait n'est qu'une invention des hommes. Le temps, l'espace et l'identité personnelle n'existent pas non plus.

    Jorge Luis Borges

    Ainsi, dans l'Immortel, un des contes les plus élaborés de l'Aleph, son recueil le plus connu, le personnage vit à travers plusieurs siècles. Il met presque autant de temps que le lecteur à comprendre que, autrefois, il a été Homère et, en même temps, un des souscripteurs de la traduction d'Homère faite par Pope au XVIIIè siècle, un tribun romain et le juif errant. Le sens de cette métaphore est évident : un homme est tous les hommes. Mieux : je suis tous les hommes...

    Fictions (1944), l'Aleph (1949) ou le Manuel de Zoologie fantastique (1957) constituent les bases d'une oeuvre complexe, où la réalité s'évanouit et laisse place à un univers envoûtant de mythes et de symboles. En fait, l'oeuvre de Borges dissout les limites habituelles que nous impose le réalisme.

    Jorge Luis Borges

    La clé de cette oeuvre se trouve dans la répétition d'un certain nombre de figures, comme celle du labyrinthe, du miroir, du tigre ou du fleuve... A travers elles, l'écrivain s'acharne à développer son idée du chaos, l'assimilant au monde régi par hasard et dont nous ne pouvons rien comprendre.

    Dans la Loterie de Babylone, une loterie se substitue à l'Etat, puis à la vie, et finit par se confondre avec eux. Images de l'arbitraire de notre monde.

    Dans La Bibliothèque de Babel, l'auteur recrée l'Univers sous la forme d'une bibliothèque, immense et infernale. Les hommes y naissent à différents étages et passent leur vie à chercher, dans les livres aux mots confus, l'explication des fins dernières de la bibliothèque...

    Symbole majeure de l'oeuvre de Borges, le labyrinthe est à la fois ordre et chaos, prison et asile, passage vers le monde ou repli vers l'intérieur. Au lecteur de se retrouver. Ou de se perdre.

    Jorge Luis Borges

    Pour initier le lecteur à l'univers étrange de ces mythes, l'écrivain a su forger un langage parfaitement orignal. Le ton particulier de ses récits tient à ce mélange du passé lointain et du présent récent ; il mêle l'histoire de ses mythologies à la réalité contemporaine. L'originalité est aussi dans la complexité du réseau des références culturelles, réelles ou imaginaires. On passe de l’Égypte à l'Islam, de l'Inde à Rome et du vrai au faux. En effet, amateur de mystifications, Jorge Luis Borges n'a pas dédaigné écrire, dans certains journaux, des articles sur des livres totalement apocryphes.

    Il a ainsi revivifié les grands thèmes de la littérature fantastique. Celui de la contamination de la réalité par le rêve : Saïd, l'esclave d'Abenhacan, tue son maître, mais il finit par s'apercevoir qu'il "est" Abenhacan (Abenhacan et Bokhari mort dans son labyrinthe). Celui du voyage dans le temps : dans l'Autre Mort, un homme retourne dans le passé pour y connaitre une mort glorieuse. Celui de l'oeuvre dans l'oeuvre : c'est l'essentiel de la Quête d'Averroes. On y retrouve aussi l'angoisse du dédoublement, une vieille frayeur enfantine de Jorge Luis Borges, qui ne pouvait pas dormir dans une chambre qui abritait un miroir...

    Si un Aleph est un point minuscule de l'espace, qui emprisonne tout l'Univers vu sous tous ses angles, on aura compris que les contes fantastiques de l'univers de Borges sont autant d'alephs. Aux limites très humaines...

     


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :