• Georges Sand - La Mare au diable

    Germain, laboureur berrichon est veuf. Sa femme, Catherine, lui a laissé trois enfants, dont l'aîné, Petit-Pierre qui n'a que neuf ans. Sur les conseil du père Maurice, son beau-père, il décide, pour le bien de ses enfants, d'aller au village voisin rencontrer une veuve qui a accepté une entrevue. Par ailleurs, Marie, une jeune servante, a trouvé une place dans ce même village. Ils font donc route ensemble, accompagnés de Petit-Pierre. Ils se perdent dans la forêt et reviennent toujours près de la Mare au Diable, qui répand de la brume à l'entour et affole la jument qu'ils conduisent. Ils se protègent de l'orage dans les sous-bois et dorment à la belle étoile. Près du feu, le laboureur et la servante échangent des confidences. Marie est retenue par la différence d'âge, de condition et son admiration naissante pour cet homme bon. Dans le village voisin, Germain est déçu par celle qu'il vient voir : c'est une coquette qui ne comprend rien aux enfants. De son côté, Marie s'est trouvée en butte aux avances de son patron, qui a tenté d'abuser d'elle. L'un et l'autre s'en retourne chez eux. Ils se racontent leur mésaventures et s'avouent leurs sentiments...

    **********

    Georges Sand - La Mare au diable

    Dès sa préface, Georges Sand prévient que son roman n'est pas une aventure extraordinaire, mais seulement " une historiette que je vais vous raconter "

    Tout a une atmosphère de paix, de simplicité, de transparence. Germain est un homme recueilli, honnête, travailleur et tendre. Aussi sous les aspects fantastiques du texte sont-ils nuancés en permanence par la nature et la vie.

    A l'époque des amours romantiques, Marie dit à Germain : 
    " Sans doute il y a quelque part une femme faite pour vous, car le bon Dieu ne fait personne sans lui réserver son bonheur dans une autre personne. "

    A des romanciers qui, comme Paul Féval ou Eugène Sue, semblaient prendre plaisir à peindre l' "abjection de la misère", George Sand oppose l'image idyllique d'une nature fécondée par l'homme.

    La Mare au diable est le nom donné au lieu où les voyageurs se perdent tant la brume est épaisse, un lieu dit maudit ou un jeune paysan cherche une épouse pour s'occuper de ses enfants. C'est un roman d'amour où on entend crier la terre et où sont mêlées les joies de l'enfance et du travail de la terre.

    Un texte court et simple merveilleusement bien écrit nous fait passer un agréable moment. Un roman souvent lu trop tôt dans notre jeunesse qui nous empêche d'en tirer toute la saveur. 


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :