• Edmond About - Le Rois des montagnes

    L'histoire du Roi des montagnes fut racontée à l'auteur du roman par un certain Hermann Schultz, botaniste allemand, parti en Grèce pour y chercher une plante rare. Lors de l'une de ses promenades, le savant rencontre deux Anglaises accompagnées par un domestique. Faisant un bout de chemin avec ces deux femmes "équipée comme des Anglaises de voyage", qui sont à la recherche de quoi de sustenter, il est arrêté par des brigands. La petite troupe est emmenée chez le "Roi des montagne", le chef de la bande Hadji Stravos, chez qui, de force, ils doivent passer une quinzaine de jours. C'est ainsi qu'ils en apprennent plus sur ce fameux brigand dont toute la Grèce, celle des autochtones  et celle des voyageurs, connait les terribles exploits.

    Spécialisé dans les enlèvements avec rançon, ces bandits de grand chemin n'hésitent pas, lorsqu'il est nécessaire d'apporter des preuves de leur déterminations. Très organisé, cette bande est "sponsorisé" par une sorte de conseil d'actionnaire, à qui Stravos doit régulièrement rendre des comptes. Ces bilan et procès-verbaux sont du reste une des partie les plus réussies du roman.

    **********

    On ne peut donner que la trame du Roi des montagnes, tant ce roman fourmille d'histoires rocambolesques, d'anecdotes pittoresques, d'aventures colorées et de personnages réellement extraordinaires. Dans un style concis, limpide et alerte, le récit progresse avec aisance, dans un esprit de drôlerie très décapante. Le ton désinvolte, les imprévus, les rebondissements et les surprises font de ce livre un divertissement sans prétention, dont la qualité première est peut-être, justement, de ne pas se prendre au sérieux. Les invraisemblances sont exposées avec tellement de naturel qu'elle deviennent tout à fait plausibles, comme les personnages, croqués et caricaturés avec esprit.

      Admirateur de la Grèce antique, About fut très déçu par la découverte de la Grèce moderne. Cette déception s'explique dans un récit de voyage "La Grèce contemporaine", qui servira de cadre un peu plus tard au Roi des montagnes.  

    "La Grèce contemporaine" ne fit pas plaisir aux Grecs contemporains et "Le roi des montagne" encore moins. Hadji-Stravos, mélange de Raspoutine et de brigand d’opérette, est présenté - avec humour - comme un fléau du tourisme, par sa propension à séquestrer et rançonner les voyageurs qui n'avait pas obtenu son visa. Le succès de ce roman ne semble pourtant pas avoir nui à l'image future de la Grèce touristique.

    Mais les grecs - ou plutôt les autorités grecques -, peu sensible à l'esprit d'Edmond About, ne pouvait admettre, même dans un roman d'aventure, qu'on dise que les gendarmes de ce pays sont recrutés chez les anciens brigands, et qu'en raison de cet apprentissage technique, des prêt d'effectifs peuvent être opérés à titre de dépannage entre ces deux corps de métier.

    Pas du tout conçu pour la jeunesse, ce roman a été rapidement adopté par elle, cautionné par les illustrations de Gustave Doré qui ont accru sans doute son intérêt pédagogique.

    Pourquoi après tout ne pas admettre que les gendarmes sont d'anciens brigands : on recrute bien les professeurs chez d'ancien élève...   

     

     

     

     


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :