• Daniel Defoe - Robinson Crusoé

     

    Daniel Defoe - Robinson Crusoé

    Après une adolescence tumultueuse, Robinson Crusoé, s'installe au Brésil pour y faire la traite des Noirs. Au cours d'un de ses voyages, son bateau fait naufrage. Seul rescapé, il gagne une île déserte et y organise sa vie en s'improvisant pêcheur, chasseur, maçon...
    Il s'installe dans la solitude jusqu'à ce qu'une tribu d'indigènes débarquent sur l'île afin d'y dévorer l'un des leurs. Sauvé par Robinson, celui-ci, baptisé Vendredi, devient dès lors le fidèle serviteur de son bienfaiteur.
    Commence alors une éducation exaltant les valeurs économiques, religieuses et morales de l'homme blanc....

    **********

    Daniel Defoe - Robinson Crusoé

    Daniel Defoe publie ce livre en 1719 qui deviendra l'un des plus célèbre de la littérature mondiale. Inspirée par l'histoire véridique du marin Selkirk abandonné pendant cinq ans sur une des îles de Juan Fernandez, l'œuvre a comme réelle vocation de constituer un traité d'éducation. Robinson lutte contre la solitude, le découragement et trouve son salut dans le travail.

    Contrairement à Selkirk, presque retourné à l'état sauvage, Robinson Crusoé, non seulement n'oubliera pas les valeurs de la civilisation mais encore les inculquera à un sauvage, Vendredi.

    Rousseau ne s'y trompera pas et souhaitera que ce livre constitue l'unique ouvrage de la bibliothèque de son Emilie.


    Considéré par beaucoup comme le créateur du roman moderne, Defoe fera publier son "Robinson Crusoé" sans que son nom apparaisse, afin de laisser croire à d'authentiques mémoires.

    **********

    Voilà encore une histoire que tout le monde connaît et que très peu ont lu. Les films ne pourront jamais montrer toute la richesse du message de l'auteur.

    Ce roman, souvent considéré comme un livre d'enfant, suscita l'admiration de nombreux auteurs.

    André Malraux déclarera : "Trois livres tiennent en face de la prison : Robinson, Don Quichotte, L'Idiot... Le premier lutte pour le travail, le second par le rêve et le troisième par la sainteté"

    Description de Vendredi :

     "C’était un grand beau garçon, svelte et bien tourné, et à mon estime d’environ vingt-six ans. Il avait un bon maintien, l’aspect ni arrogant ni farouche et quelque chose de très-mâle dans la face ; cependant il avait aussi toute l’expression douce et molle d’un Européen, surtout quand il souriait. Sa chevelure était longue et noire, et non pas crépue comme de la laine. Son front était haut et large, ses yeux vifs et pleins de feu. Son teint n’était pas noir, mais très-basané, sans rien avoir cependant de ce ton jaunâtre, cuivré et nauséabond des Brésiliens, des Virginiens et autres naturels de l’Amérique ; il approchait plutôt d’une légère couleur d’olive foncé, plus agréable en soi que facile à décrire. Il avait le visage rond et potelé, le nez petit et non pas aplati comme ceux des Nègres, la bouche belle, les lèvres minces, les dents fines, bien rangées et blanches comme ivoire." 

     

    Daniel Defoe - Robinson Crusoé


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :