• Alphonse Daudet - Lettres de mon moulin

    Alphonse Daudet - Lettres de mon moulin

    Les lettres de mon moulin sont une des œuvres les plus connues de Daudet. Et pourtant, elle furent publiées dans l'Evénement sous forme de feuilleton entre 1866 et 1869, elles n'obtinrent qu'un succès mitigé ; le public parisien ne comprenait pas l'exotisme de cette Provence si lointaine. En fait, ce furent les grands romans, quelque peu oubliés aujourd'hui, tels que Jack et le Nabab, qui consacrèrent Daudet ; et leur succès rejaillit sur les œuvres antérieures.

    Avec les Lettres de mon moulin, Alphonse Daudet révèle des qualités exceptionnelles de conteur ; d'ailleurs, on ne  peut s'empêcher d'imaginer ces textes lus à haute voix, et on ne peut s'emêcher non plus de les imaginer avec l'accent du midi si on a eu l'occasion d'entendre un quelconque Tartarin les "chanter". L'auteur est censé écrire ses lettres depuis un moulin, afin de mieux donner corps à ses rêveries, dans un cadre provençal typique. Car les paysages de la Provence sont omniprésents et servent de scène à des histoires à la fois drôles et fantastiques qui se racontent comme des paraboles.

      Les plus connues des lettres de mon moulin sont, sans nul doute, La Chèvre de monsieur Seguin, Le Secret de maître Cornille, La Mule du pape, Le Curé de Cucugnan, l'Elixir du révérend père Gaucher et le Sous-Préfet aux champs.
    Chaque récit décrit un aspect du caractère provençal et comporte une morale. Ainsi, les malheurs de la chèvre de M. Seguin, dévorée par le loup, illustrent les dangers de la liberté ; et les agissement de maître Cornille, le meunier qui fait semblant de moudre du grain, sont ceux d'un homme fier, qui a droit à la considération. Quant au révérend père Gaucher, il redonne prospérité au couvant avec son élixir, mais il sombre joyeusement dans l'alcoolisme ; et comme la communauté n peut se passer ni de l'un ni de l'autre, on récite une oraison pendant que l'alcool se fabrique : "C'est l'absolution pendant le péché."

    A lire et à relire une de temps en temps ou dans leur intégralité, juste pour le plaisir d'entendre chanter la Provence.

     


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :