• Alain-Fournier - Le grand meaulnes

     

    Alain-Fournier - Le grand meaulne

     Augustin Meaulnes, que ses camarades surnomment " Le Grand Meaulnes ", est pensionnaire dans un village solognot, chez un directeur d'école, M. Seurel, père de François, le narrateur. Peu de temps avant les vacances de Noël, Meaulnes qui est parti chercher les grands-parents de François à Vierzon, s'égare dans " l'endroit le plus désolé de la Sologne ". Le lendemain d'une nuit passée dans une bergerie, attiré par un manoir abandonné, il s'engage dans une allée où il voit des petites filles habillées de costumes anciens. " Y aurait-il une fête en cette solitude ? " se demande Meaulnes. Pour ne pas effrayer les enfants, il entre dans une chambre qui lui semble inoccupée et s'endort. A son réveil, un costume d'autrefois est posé sur le lit. Le soir, un peu angoissé à la longue de tout ce plaisir qui s'offrait à lui, il se réfuie dans un petit salon où une jeune fille, Yvonne de Galais, joue du piano devant les enfants. Les jours suivant, il la revoit une dernière fois avant une longue séparation. Grâce à son ami François, il retrouvera Yvonne et l'épousera. Mais, au lendemain de son mariage, Meaulnes partira pour un long voyage, appelé par Franz, le frère...  

    **********

    Henry Fournier, qui prendra le pseudonyme d'Alain-Fournier, a tout juste vingt-sept ans quand, en 1913, est publié Le Grand Meaulnes. Mobilisé dès le début de la guerre, il est porté disparu le 22 septembre 1914. Sa correspondance et quelques poèmes et contes seront publiés après sa mort, mais l'oeuvre d'Alain Fournier, c'est Le Grand Meaulnes. Tous les grands écrivains de ce siècle s'accorderont à reconnaître l'importance de ce roman unique, dans lequel le rêve et le mystère sont l'essence même de l'histoire. L'auteur a choisit la Sologne comme décor car il a été élevé dans cette région, et aucune autre n'offre autant d'étrangeté à ses yeux. Alain Fournier est sensible à la terre et à la beauté de ces paysages campagnards que la brume matinale rend oniriques et lointains.

    Le Grand Meaulnes est un roman poétique. Il échappe aux classifications, il est autre chose. Et il est surtout un chant de son auteur, qui veut faire revivre son enfance. Il est une confession lyrique tentée par les moyens du roman. Les héros sont des figures détachée de la nébuleuse qu'est la rêverie du poète, ils baignent dans cette lumière intérieure et les mouvements de l'action reproduisent les cadences sentimentales dont il s'enchantait. 

    **********

    Alain Fournier - Le grand meaulne

    Gustave Lanson, célèbre critique littéraire du début du XXe siècle, voyait dans Le Grand Meaulnes « un conte bleu qui prétend s’inscrire dans le réel ».

    Ce roman d’Alain-Fournier publié en 1913 relève en fait de plusieurs genres : le roman de terroir, le genre onirique, le récit autobiographique, le roman d’aventures et bien sûr le roman d’adolescence.

    Alain Fournier - Le grand meaulne


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :