• Abraham Merritt

     

    Dans Admiration, Jacques Bergier a rédigé la fiche signalétique de Merritt. Profession principale : journaliste. Profession secondaire : chimiste organicien spécialisé dans la recherche biologique ; inventeur, avec le professeur J. Weir Mitchell, des drogues psychédéliques ; archéologie ; romancier.

    Comme on le voit, Merritt semble avoir mené plusieurs vies parallèles... mais celle d'écrivain ne fut pas la moins importante.

    Issu d'une famille quaker, Abraham Merritt est né le 20 janvier 1884, à Beverley, New Jersey. Il suit des cours de droit, mais dès l'âge de 19 ans il doit travailler. Reporter au Philadelphia Inquier, il assiste alors à un événement très grave dont il emportera le secret dans la tombe. On l'envoie ensuite à l’étranger tous frais payés. Il se rend en Amérique centrale et au Mexique. Il explore la cité maya de Tulum, cherche des trésors (découverts par la suite) au Yuacatan, devient frère de sang d'une tribu indienne, après les rites d'initiation.

    Rentré aux Etats-Unis, il est nommé rédacteur de nuit pour les nouvelles locales : c'est un excellent journaliste. En 1937, il en devient le rédacteur en chef et le restera jusqu'à sa mort, survenue en août 1943, où il fut foudroyé par une crise cardiaque.

    Merritt adorait écrire, et il écrivit en toute liberté, sans aucune préoccupation pécuniaire. En effet, bras droit de Goddard, il était très bien rémunéré. Pour preuve : il était le propriétaire d'une résidence secondaire dans l'île d'Indian Rock en Floride, d'une ferme expérimentale, où il cultivait des avocats, des mangues et des litchis, et d'une autre ferme expérimentale où il planta les premières oliveraies de Floride. Il possédait aussi une serre de plantes vénéneuses rares.

    Apparemment, Merritt était béni par les dieux. C'est ainsi que, pratiquement dès que sa première nouvelle, le succès lui est acquis les lettres des lecteurs affluent, exigeant une suite. La publication en feuilleton dans All-Story, en 1919, du Gouffre de la Lune est suivie avec ferveur, presque avec délire ! L'imagination des lecteurs est enflammée, Merritt devient célèbre du jour au lendemain, la lecture de ses livres décidera de la vocation de nombreux écrivains de science-fiction. Sa renommée ne cessera de grandir jusqu'à sa mort, et même au-delà !

    Abraham Merritt - Bio

    A mi-chemin entre le fantastique et la science-fiction l'oeuvre de Merritt oscille sans cesse de l'un à l'autre en tombant par instant dans le merveilleux. Merritt a découvert un autre monde, celui de l'imaginaire, dont il entreprend patiemment l'exploration en archéologue du merveilleux. Bien qu'il travaille six jours sur sept à l'American Weekly, il mène une carrière d'écrivain prestigieuse, entre autres activités.

    Comme Lovecraft, qui le salua en son temps, Merritt est passionné par les civilisations inconnues qui peuplèrent autrefois la Terre. Aussi, la plupart de ses romans sont bâtis sur le même schéma : le héros découvre en un lieu oublié les vestiges d'une civilisation très ancienne, ce qui donne lieu à de nombreuses aventures, avec, souvent, l'intervention de divinités antiques. Le Gouffre de la Lune révèle l'existence, sous le Pacifique, de cavernes gigantesques, survivances du continent Mu. Le héros rencontre l'Être de lumière et les prêtresses attachées à son culte.

    Le Monstre de métal décrit la rencontre d'une civilisation souterraine, mais cette fois il s'agit d'êtres métalliques. Plus proches du merveilleux, Le Visage dans l'abîme et Les Habitants du mirage rapportent la découvertes de deux sociétés mystérieuses, l'une dans les Andes, l'autre en Mongolie. Les lecteurs n'ont pas oublié le petit peuple doré, la belle et douce Evalie, et Leif, pour qui se battent deux femmes : Evalie et la sorcière brune Lur.

    Abraham Merritt - Bio

    Tous les romans de Merritt présentent un affrontement constant entre la lumière et les ténèbres, le lutte du Bien et du Mal. Ce qui n'exclut pas la fascination du Mal, la magie des ténèbres. Ainsi, dans Sept Pas vers Satan, l'explorateur James Kirkham affronte Satan lui-même, " qui collectionne les âmes et la beauté "..., sans jamais cacher son admiration pour celui qui se présente comme le maître du monde ! Le jeu des sept empreintes devient une formidable partie d'échecs, menée à l'échelle planétaire.

    Merritt aborda également l'érotisme dans La Nef d'Ishtar, roman où un archéologue est transporté, par des moyens magiques, 6 000 ans en arrière. Il se retrouve sur le pont de la nef d'Ishtar, face à Sharane, la grande prêtresse, à la beauté païenne ensorceleuse.

    Dans ses dernières œuvres, Merritt abandonna la science-fiction et l'heroic-fantasy pour écrire deux romans de fantastique pur. Il travailla un temps sur un roman : La Femme renard. Non satisfait du traitement, il le laissa inachevé. Ce livre fut terminé et publié par Hannes Bok.

     Brûle, sorcière, brûle ! traite de magie noire au cœur de New York en 1932 ! Mme Mandilip, sombre sorcière, anime des poupées diaboliques et leur ordonne de tuer ses victimes à l'aide de longues aiguilles. Comme pour Sept Pas vers Satan, Hollywood s'empara du roman pour en faire un film : Les Poupées du diable. 

    Abraham Merritt - Bio

    Les lecteurs virent leur attente récompensée, puisque Merritt écrivit la suite, avec Rampe ombre, rampe ! Le souvenir de Mme Mandilip imprègne les pages de cette nouvelle aventure, mais la véritable héroïne est la troublante Dahut, la Demoiselle d'Ys, reine des Ombres, et du mythes d'Ys, la cité du Mal. Une nouvelle fois, la lumière et les ténèbres s'affrontent, le passé et le présent s'entremêlent  : alan Caranac est opposé à Dahut et ses maléfices, autant dans la ville moderne de New York qu'à Ys et parmi les alignements de Carnac, où attend l'inquiétant " collecteur du Cairn ".

     Magie, envoûtement, sortilèges, érotisme... Dahut est bien la moderne prêtresse du Mal éternel qu'on toujours pratiqué et vénéré les peuples de la Terre.

    C'est la dernière oeuvre de Merritt, qui n'écrira plus rien durant les neuf années qui le séparent de la mort, se contentant de réviser ses anciens textes. . Comme on l'a écrit : il avait cessé de rêver. Depuis lors, ses livres ont continué d'être réimprimés, attirant un nombre sans cesse grandissant de lecteurs. Dans plusieurs référendums, il arriva en tête des écrivains préférés du public, alors qu'il n'avait plus rien publié depuis longtemps. Ses livres sont autant de chefs-d'oeuvre, et l'on a pu dire qu'il inventa la science-fiction et le fantastique sous leurs formes modernes. Son influence a été considérable, de Jack  Williamson et Lovecraft jusqu'à Ira Levin.

    " Archéologue du merveilleux " Merritt n'en a pas fini d'enflammer l'imagination de ses lecteurs, fascinés par cet autre monde où l'on retrouve les mythes collectifs de l'humanité. Merritt, ou l'exemple quasiment unique d'un auteur vénéré et respecté depuis le premier jour... Merritt, ou le " patron " du merveilleux.

     


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :