•  

    Gilbert Sinoué - Avincenne

    Une biographie romancée de cet homme extraordinaire qu'a été Avincenne, né voilà mille ans à Boukhara. À dix-huit ans, il est déjà le médecin le plus renommé de son temps. Pris dans les remous et les guerres qui agitent, au début du XIe siècle, les confins de la Turquie et de la Perse, il connaît des fortunes diverses : médecin choyé, vizir écouté, proscrit, errant, nomade, prisonnier ; allant de ville en ville, franchissant déserts et montagnes. Sa dernière étape le mène à Ispahan, la cité sublime, terme de sa course.

    **********

    Gilbert Sinoué - Avincenne

    « Avicenne ou la route d’Ispahan » est le type même du roman que l’on le commence sans pouvoir le lâcher.
     il s’agit du récit de la vie du plus grand savant, le plus grand médecin arabe du 11ème siècle, qui était versé dans toutes les sciences. Et ce récit est incroyablement épique puisque cet Avicenne a eu une vie des plus trépidante aussi bien d’un point de vue scientifique que personnel.

    On découvre ce personnage fabuleux qu’est le médecin Abou Ali el-Hosayn ibn Abdallah ibn Sina, un savant libertin et orgueilleux, un homme de foi et d’honneur, un homme passionné par toutes les sciences et d’une prodigieuse intelligence.

    **********

    Gilbert Sinoué - Avincenne

    Ce livre est démontre la grandeur de la science et de la civilisation arabe de cette époque. On se rend vraiment compte que pendant que l’obscurantisme régnait en occident, le monde arabe était un vivier de tous les progrès culturels et scientifiques.

    Né en 980, il a été un grand précureseur  :

    - Il a été le premier à distinguer la pleurésie
    - Il décrit les deux formes de paralysies faciales
    - Il décrit les symptômes du diabète
    - Il décrit différentes variétés d'ictères
    - Il donne une description de la cataracte, de la méningite,...
    - Il pressent le rôle des rats dans la propagation de la peste
    - Il découvre que le sang part du cœur pour aller aux poumons, puis en revenir, et expose avec précision le système de ventricules et de valves du cœur.
    - Il est le premier à décrire correctement l'anatomie de l'œil humain.
    - Il émet aussi l'hypothèse selon laquelle l'eau et l'atmosphère contiendraient de minuscules organismes vecteurs de certaines maladies infectieuses.

    Un grand monsieur qu'il faut découvrir.

    **********

    Gilbert Sinoué - Avincenne

      

      


    votre commentaire
  •  

    Franz Kafka

    Le personnage principale de la Métamorphose, Gregor Samsa, représentant de commerce faisant vivre son père, sa mère et sa soeur, employé, fils et frère modèle, se transforme un beau matin en gros insecte. Enfermé dans sa chambre par sa famille pour qui il est un objet de dégoût et de honte, il se fait nourrir par sa soeur. Gregor se trouve peu à peu abandonné : sa chambre vidée de ses meubles devient un débarras, on le nourrit irrégulièrement.
    Parallèlement à cette déchéance, le père recouvre la force physique et morale qu'il avait perdue et la sœur, auparavant timide et douce, s'affirme avec force.
    Après avoir provoqué le départ des locataires que sa famille hébergeait pour gagner un peu d'argent, Gregor, blessé par son père, sent qu'il nuit aux siens et se laisse mourir...

    Franz Kafka

    **********

    Cette nouvelle, divisée en trois chapitres, se présente comme une tragédie au quotidien, mettant en scène des personnages de classe, d'intelligence et de niveau culturel moyen, uniquement préoccupé par leur condition matérielle.

    Le discours essentiellement narratif, entrecoupé de quelques monologues et dialogues, est fait de simples notations d'où est absente toute charge émotionnelle, ce qui permet d'introduire logiquement dans le quotidien, le monstrueux et le fantastique.

    La métamorphose monstrueuse peut se lire de diverses manières : exclusion de l'individu faible ne réussissant pas à s'adapter au monde matérialiste et inhumain ; ou bien la fuite dans la folie et le suicide d'un être étouffé par son " surmoi ".

    En effet, la métamorphose représente le refus de Gregor de continuer à s'échiner pour la famille. Il abandonne avec sa métamorphose la façade du voyageur de commerce surmené et fait remonter à la surface une tendance plus profonde et cachée. Il se retire, inconsciemment d'ailleurs, sur un lit de paresse, et laisse les autres l'entretenir. La métamorphose fonctionne pratiquement comme une fuite devant la responsabilité, le travail et le devoir. 

    **********

    Franz Kafka

    Cette nouvelle est parue en 1915 et a contribué à faire connaitre Kafka en France dès 1928.

      


    votre commentaire
  •  

    Mary Shelley - Frankenstein

      

    Pour mémoire, rappelons que Frankenstein n'est pas le monstre, mais le créateur du monstre. Le jeune Victor Frankenstein a une vingtaine d'année quand il quitte Genève et sa famille pour suivre des études scientifiques dans une université. Ce n'est pas un vieux savant fou mais un jeune étudiant sain d'esprit qui décide d'essayer de donner vie à une créature de forme humaine, pensant avoir découvert le secret de la mort, secret qui ne sera pas dévoilé au lecteur, car ce serait une révélation bien trop dangereuse. Notre jeune Frankenstein a en effet vêcu une existence bien malheureuse à cause de sa création…

    Mary Shelley - Frankenstein

    Une fois la créature vivante, Frankenstein réalise l'horreur de son acte et s'enfuit, ne pouvant supporter la responsabilité de sa création. La créature disparaît. Mais quand des proches de Frankenstein sont tués, le savant comprend que la créature le provoque, et il recherche le monstre pour se mettre en contact avec lui. Lors d'un face à face, le monstre raconte son histoire à son créateur. Il le supplie de lui donner une compagne, et en contrepartie, le monstre arrêtera de tuer. Frankenstein hésite, puis refuse. La créature continue alors à tuer les proches du savant. Ce dernier passera donc le reste de sa vie à traquer sa créature pour la détruire, et se détruire lui-même.

    **********

    Mary Shelley - Frankenstein

    Du point de vue du savant, sa création est un monstre horrible, à l'âme perverse, foncièrement mauvaise. Mais l'est-il vraiment ? On est certes touché par la destinée de ce savant malheureux, mais plus encore par celle du monstre, incompris, et qui, à cause de sa différence, est rejeté de tous.

    **********

    Mary Shelley - Frankenstein

    Mary Shelley n'a pas encore 19 ans lorsqu'elle écrit ce roman d'épouvante, au cours d'un séjour en Suisse en compagnie de son mari et de Lord Byron.
    La lecture commune de contes fantastiques allemands les incite à un défi singulier, celui d'écrire chacun un récit de ce type.
    Mais seule Mary, mène son projet à bien.
    Si son Frankenstein fait appel à certains effets de terreur propres au roman gothique, il inaugure un genre nouveau de fiction qui mêle le fantastique et le scientifique.
    Un récit de la révolte de la créature contre son créateur : à travers la figure du savant, dans le désir d'égaler Dieu, mais également à travers celle du monstre, dans son désir d'égaler l'homme.

    **********

    Ainsi, Frankenstein s’est pris pour Dieu, a voulu le singer et ne peut assumer son rôle de créateur. A l’instar de Dieu il a crée un être, toutefois son œuvre semble être le produit du diable puisque sa créature est d’une laideur repoussante. Est-ce une punition divine ? Le savant considère lui-même son œuvre comme maléfique.

    Mary Shelley - Frankenstein

    Mais qui est vraiment ce monstre ?

    Le monstre, géant, hideux mais sensible et intelligent, tente de s'intégrer dans la communauté humaine dont il acquiert par imitation les habitudes et les rites. Cependant, son aspect grotesque et terrifiant éloigne toutes les personnes qu'il rencontre. Ulcéré par sa solitude forcée, aigri par l'abandon dont il est l'objet, il cherche à se venger de son créateur et sème la terreur dans son entourage.

     

    Mary Shelley - Frankenstein

    Quand à son créateur, la culpabilité le rongera et le poursuivra même dans ses rêves, il sera hanté par cette vision d’horreur, ce cadavre ambulant. Ses rêves ont d’ailleurs une résonnance macabre et  semblent de très mauvais augure. Enfin, le sentiment profond qu’éprouve Frankenstein à la vue de sa création est la répulsion. Ce dégoût de la créature le pousse à l’abandonner derrière lui sans se soucier même de ce qu’elle adviendra.

    Frankenstein, le créateur incarnation moderne de Prométhée a tenté l’impossible, devenir Dieu. Il sera puni pour son orgueil.

    Dans l’histoire, la créature devient monstrueuse parce qu’elle l’est aux yeux des autres et qu’elle est convaincue d’être une abomination. L’homme né pure et innocent. La créature à son réveil n’est pas foncièrement mauvaise, c’est le regard de Frankenstein qui la rend odieuse et cruelle, c’est son chagrin et le refus de son créateur qui amorce le drame.

    Mary Shelley - Frankenstein

    Le monstre n'est pas toujours celui que l'on pense. La monstruosité qui n’est pas  toujours là où on l’attend.

    Un récit d'une grande poésie et une histoire qui restera longtemps gravée dans les mémoires.

    A propos de ce livre, Sheridan Le Fanu dira : 

     « C’est un récit où s’ouvrent des portes qui auraient dû rester fermées et où le mortel et l’immortel font prématurément connaissance. »

    **********

     

      


    votre commentaire
  •  

    Ray Bradbury - Fahrenheit 451

    Montag est pompier Son casque et la manche de son uniforme portent le nombre 451 : température à laquelle un livre se consume. Il vit mécaniquement dans une société dictatoriale robotisée où la lecture est interdite et le bonheur " obligatoire ".
    Spectatrice assidue d'une télévision omniprésente, son épouse Mildred est une citoyenne modèle.

    Ray Bradbury - Fahrenheit 451

     Montag croise l'idéaliste Clarisse McClellan et, lors d'une mission en compagnie du capitaine Beatty, il " s'éveille " : une vieille femme refuse de quitter ses livres et se laisse brûler parmi eux.

    Montag cache ces objets proscrits et devients dès lors un dangereux criminel. Un intellectuel retraité, Faber, va l'aider à donner un sens à son existence. Son épouse, Mildred dénonce son mari. Montag doit brûler sa propre maison et s'enfuit.
    Traqué, il retrouve un groupe d'"hérétique " ayant tous mémorisé les pages d'un auteur. L'univers de Montag est anéanti par une guerre nucléaire. Avec ses nouveaux compagnons et leur savoir, il espère reconstruire un monde meilleur.

    Ray Bradbury - Fahrenheit 451

    **********

     Ray Bradbury est connu comme le poète de la science-fiction. Les abus du progrès scientifique ( dans les domaines de la communication ou des transports ) et la déshumanisation qu'ils entrainent amènent Bradbury, non pas à proférer une condamnation, mais à pousser un cri d'alarme indigné. Ici il s'oppose avec son héros à la destruction des livres.
    Ray Bradbury nous lance ici, dans le portrait d'une civilisation en décadence, un avertissement puissant. En effet, au contraire de nombreux romans d'anticipation, ici, c'est la société qui refuse de lire, de s'informer, de réfléchir, d'observer et de s'interesser au monde,... bref qui s'opprime elle-même.
    Ce livre très agréablement écrit peut se relire à n'importe quel moment de la vie : sa beauté formelle reste époustouflante et sa clairvoyance fera toujours peur. Il peut nous aider à nous réveiller à tout âge. C'est ce qui en fait une œuvre qu'il ne faudra jamais brûler dans nos esprits.
    Ce livre a sa place dans toutes les bibliothèques, au-delà des genres et du temps. Un incontournable quand on aime les livres et la lecture. Et en cadeau, un vrai bonheur de lire ces pages.

    **********

    Ray Bradbury - Fahrenheit 451

     **********

     

     


    votre commentaire



    Suivre le flux RSS des articles
    Suivre le flux RSS des commentaires